Une analyse globale, d´un point de vue Européen, pour anticiper le monde de demain




Le chemin vers les guerres modernes

Le président Trump mène une politique combinant menace militaire et guerre économique, et son objectif est de restaurer l’hégémonie américaine, en particulier face à la montée de la concurrence : la Chine. Pékin a acquis des connaissances technologiques et a commencé à s’étendre au-delà de ses frontières, ayant un accès plus facile à l’Asie centrale et au Pacifique que les Américains. En 2015, lorsque Trump s’est présenté aux élections, nous avons écrit :

​“​“La rhétorique de guerre de Trump est très populaire auprès de son public et va bien au-delà de la déclaration d’Obama sur l’exceptionnalisme américain. Au New Hampshire, Trump a failli déclarer la guerre à la Chine : « Regardez ce qu’ils ont fait, ils ont pris notre argent, nos emplois, notre base, notre fabrication, et nous leur devons 1,5 billion de dollars, c’est comme de la magie, ils ont tout pris, et nous leur devons de l’argent. » M. Trump n’a pas dit à son auditoire que le retour à l’emploi a un coût. Le PIB par habitant de la Chine est d’environ 7 500 dollars, tandis que le PIB par habitant des États-Unis est d’environ 55 000 dollars. La rhétorique chinoise est sans équivoque : la Chine a volé ce qui appartient aux États-Unis, et il n’est pas nécessaire de rembourser la dette américaine envers la Chine. Le monde devrait se préparer à ce que M. Trump soit le 45ème président des USA.”

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°34 disponible dès maintenant

  • Une main de cartes ou les événements en cours
  • L’antisémitisme des Européens autochtones ?
  • Le grand Israël

Le président Trump veut dicter le monde entier, mais, compte tenu du fait que les États-Unis sont maintenant en conflit avec Cuba, le Venezuela, l’Iran, la Syrie, la Russie, la Chine et la Corée du Nord, une grande guerre n’est pas à prévoir de sitôt, au point que les interventions militaires en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, au Yémen et en Libye semblent peu concluantes. Washington dispose d’un arsenal d’autres mesures, comme les suivantes:

  1. mener une guerre par procuration comme le financement de la résistance afghane aux Russes dans les années 80 du siècle précédent.
  2. imposer des sanctions économiques et bloquer des comptes bancaires. Cela a très bien fonctionné contre les petits pays. Tout de même, cela semble être moins efficace dans le cas de l’Iran, et presque inefficace dans le cas de la Russie. La Chine et la Russie accélèrent leurs efforts pour mettre en place des systèmes de paiement alternatifs, et les Européens – rappelons l’adhésion de l’Allemagne au projet Nord Stream 2 au mépris de la pression américaine – ne sont pas disposés à coopérer avec les Etats-Unis à cet égard.
  3. déclencher des révolutions colorées comme la Révolution orange de 2004 en Ukraine ou la Révolution verte de 2009 en Iran. La stratégie n’a pas toujours fonctionné comme prévu : la tentative de renverser le gouvernement vénézuélien a échoué.

En passant, nous pourrions remarquer que ces révolutions pourraient aussi être utilisées par les ennemis de l’Occident. Elles ne peuvent se produire que dans des sociétés politiquement et économiquement instables, et c’est de plus en plus le sort des États-Unis et de l’Europe, tous deux déchirés par des divisions ethniques et religieuses. L’Iran, la Turquie, la Russie et la Chine peuvent armer des factions en Europe et ainsi déstabiliser ces pays de l’intérieur, comme l’ont fait les Américains en Syrie. Le gouvernement turc dispose d’un vaste réseau de mosquées Diyanet qui peuvent distribuer des armes dans les banlieues de Paris, Lyon et Marseille.

Washington a deux opinions divergentes au sujet de sa politique étrangère. Les démocrates voulaient poursuivre l’ingérence au Moyen-Orient et en particulier en Syrie, où, sous le mandat du président Barack Obama, les djihadistes de presque toutes les tendances politiques étaient armés pour expulser le président Bachar al-Assad.4 Le lobby juif de Washington s’efforce de s’opposer à l’Iran, ce qui pourrait s’avérer coûteux. La coalition formée par Téhéran avec le Liban, la Syrie et l’Irak est considérée comme une menace directe pour Israël, ce qui signifie que tôt ou tard, Tel-Aviv verra le président Trump bombarder l’Iran. Rappelons le raid israélien de 1981 sur le réacteur nucléaire irakien.

Source: AIPAC pro-Israel Lobby

Bien que la plupart des partisans de Trump ne soient pas intéressés par une guerre avec l’Iran, les tensions vont probablement s’intensifier. Les Turcs ont déjà indiqué qu’ils ne sont pas prêts à payer un prix plus élevé pour le pétrole et qu’ils pourraient tenter de contourner les sanctions.5 La rumeur dit que les Chinois ont cessé d’acheter du pétrole iranien.6 Les Chinois ont probablement apporté cette nouvelle pour tromper l’administration américaine. L’économie mondiale ne peut pas se permettre un prix élevé pour l’énergie. Si l’électeur américain voit le prix du pétrole augmenter à la pompe à la suite d’une autre guerre inutile, cela n’aidera pas le président Trump lors des élections du 3 novembre 2020.- Alas! Read more in Gefira 34

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

seize − onze =


GEFIRA provides in-depth and comprehensive analysis of and valuable insight into current events that investors, financial planners and politicians need to know to anticipate the world of tomorrow; it is intended for professional and non-professional readers.

Yearly subscription: 10 issues for 225€
Renewal: 160€

The Gefira bulletin is available in ENGLISH, GERMAN and SPANISH.

 
Menu
More