Une analyse globale, d´un point de vue Européen, pour anticiper le monde de demain




Le bouleversement social et la faillite de masse arrivent : l’espèce et l’or règnent en maître

Le système financier mondial, avec ses deux puissants piliers – le FMI et la Banque mondiale – continue de jouer un rôle important. Il doit faire face non seulement aux procédures pécuniaires, mais aussi à d’autres événements mondiaux, car ceux-ci ont un impact direct sur les marchés, les bourses, l’industrie manufacturière et les services. Le déclenchement de la fameuse épidémie qui est sur toutes les lèvres est justement un de ces événements. Elle a eu un impact économique sur la Chine, l’usine du monde, et maintenant, elle – ou plutôt les précautions prises contre elle – fait des ravages en Europe et aux États-Unis. Les entreprises se voient ordonner de cesser leurs activités ou de les limiter, alors que les gens doivent gagner leur vie, ne serait-ce que pour payer les frais fixes tels que le loyer, le crédit, le leasing, la rémunération des employés, etc. Oui, les gouvernements offrent des solutions, notamment des exonérations fiscales ou de l’argent non acquis aux citoyens pour leur permettre de survivre. Cela ne ressemble-t-il pas à l’assouplissement quantitatif d’il y a quelques années ? Pourtant, la divergence entre la quantité d’argent disponible et la quantité de biens et de services ne va pas améliorer les problèmes économiques.

Ce n’est pas seulement l’argent qui fait tourner le monde. L’idéologie est l’autre aile, pour ainsi dire. Les idéologies sont façonnées au sein des organisations – elles sont connues sous le nom d’instituts, de clubs, de groupes de réflexion, d’écoles et autres – et elles se propagent et infectent les gens comme des virus biologiques. Elles se présentent sous la forme du mondialisme, de la diversité, du féminisme, de l’environnement, de l’intégration de la dimension de genre et bien d’autres encore. La relation qui existe entre les idéologies et l’argent est assez complexe. Sans l’argent – le big money – les idéologies ne réussiraient pas à conquérir les esprits humains ; en même temps, les idéologies sont assez puissantes pour attirer le big money. Les milliardaires ont toujours été connus pour soutenir financièrement les nouvelles tendances idéologiques, soit parce que la mise en œuvre de ces tendances correspond à leurs intérêts matériels, soit simplement parce qu’ils s’adonnent à de telles pensées. La question de savoir pourquoi certains individus s’intéressent à certaines idées doit rester sans réponse ou être reléguée au domaine de la psychologie. Les idéologies sont inventées au sein de petits groupes – clandestins ou connus du public – puis diffusées parmi ceux qui sont suffisamment influents pour gérer les problèmes mondiaux. Ces mêmes idées se répandent en partie jusqu’à la base, pour rendre la majorité des gens favorables aux changements annoncés par ces groupes ou idéologues.

Le Gefira 42 fait et tente d’élucider les complexités financières mondiales et de pénétrer certaines des organisations et des mécanismes idéologiques mondiaux qui contrôlent la plupart des nations de notre planète.Lire plus

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira #42 disponible dès maintenant

  • Le bouleversement social et la faillite de masse arrivent: l’espèce et l’or règnent en maître
  • Le système financier mondial – Partie 2
  • Le monde aux mains des organisations

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

2 × 4 =


GEFIRA provides in-depth and comprehensive analysis of and valuable insight into current events that investors, financial planners and politicians need to know to anticipate the world of tomorrow; it is intended for professional and non-professional readers.

Yearly subscription: 10 issues for 225€
Renewal: 160€

The Gefira bulletin is available in ENGLISH, GERMAN and SPANISH.

 
Menu
More