Une analyse globale, d´un point de vue Européen, pour anticiper le monde de demain




Gefira 68: Les apparences comme parure de la réalité

La guerre entre la Russie et l’OTAN continue. Fallait-il que cela arrive ? Bien sûr que non. Cependant, cette guerre était voulue. Si vous passez en revue les médias de ces 30 dernières années, c’est-à-dire depuis l’effondrement de l’URSS, vous constaterez que la Russie (ainsi que la Biélorussie) était constamment dépeinte dans les médias sous un jour défavorable. La Russie était prétendument dirigée par un dictateur, il n’y avait pas de démocratie ni de liberté, et ainsi de suite, nous le savons tous par cœur. La Russie était soumise à des sanctions constantes, constamment accusée de divers maux. Il suffit de rappeler la comédie qui s’est déroulée autour de Navalny, un renégat russe (pour les médias occidentaux : un dissident russe), que les services spéciaux russes n’ont même pas réussi à empoisonner, que l’intransigeant gouvernement russe a extradé vers l’Allemagne pour que les médecins allemands déterminent la présence de poison dans le corps de Navalny, qui, dès que sa santé s’est améliorée, est retourné volontiers en Russie, auprès d’un dictateur cruel et d’un système inhumain.

Il suffit de rappeler l’affaire des pipelines NordStream. Ces pipelines menaçaient prétendument la sécurité énergétique de l’Europe, mais le membre le plus important de l’Union européenne – l’Allemagne – les a néanmoins construits avec la Russie (l’ennemi de l’Europe) et, d’une certaine manière, ne s’est pas soucié de la menace énergétique. Les dirigeants des autres États membres de l’UE ont protesté et se sont plaints de se sentir trahis par l’Union européenne, alors qu’ils avaient auparavant dit à leurs propres citoyens que seule l’Union leur offrait un avenir sûr et prospère. Après tout, un pays de l’OTAN (les États-Unis ? le Royaume-Uni ?) a fait exploser le gazoduc, et l’État allemand, censé être souverain, ne s’en est même pas plaint. Après tout, tout le monde sait que le gazoduc a été détruit par les Russes parce qu’ils ne voulaient pas fermer le robinet de gaz et qu’ils ont décidé que l’éclatement du tuyau serait plus rapide, moins cher et plus facile.

De telles absurdités peuvent être énumérées en abondance. Le Gefira 68 en reprend quelques-unes. Par exemple, il démonte le mythe selon lequel les nations peuvent déterminer comment elles veulent vivre. Le Gefira 68 se demande également si les gens se portent mieux sous le dictateur Lukashenko ou le démocrate libéral Zelensky. Le Gefira 68 s’émerveille de la répétition des événements historiques et du fait que, malheureusement, personne n’est capable ou même désireux de tirer des leçons du passé, même le plus récent. La défaite de l’Allemagne impériale en 1918 n’est-elle pas similaire à celle de l’Union soviétique en 1991 ? Les problèmes économiques et l’agitation sociale qui en a résulté dans l’Allemagne de Weimar ne ressemblent-ils pas à ceux qu’a connus la Russie dans les années 1990 ? Enfin, les guerres déclenchées à l’époque par l’Allemagne et aujourd’hui par la Russie ne sont-elles pas, d’une certaine manière, similaires dans leur genèse ?

Il est également nécessaire de tenir compte du fait que l’histoire peut se répéter et que l’Occident pourrait “prendre le contrôle” de la Russie, comme de nombreux autres États dans le monde, et que quelque chose d'”entièrement” nouveau, occidental, pourrait émerger sur les ruines russes. Nous essayons de confronter le concept du “heartland”, le centre stratégique, intouchable, grâce auquel on peut contrôler le monde et qui doit être défendu coûte que coûte, avec le fait que l’autorité de Moscou dans les régions russes, comme dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale, n’est pas du tout aussi sûre. Notez que juste avant la guerre d’Ukraine, il y a eu des troubles au Kazakhstan, auxquels Moscou a réagi très fortement. Nous avons immédiatement attiré l’attention sur ce point dans notre bulletin. Dans ce contexte, nous portons cette fois notre attention sur la Sibérie, où reposent les trésors de la Russie.

 

C’est incroyable comme l’histoire se répète

  • Et si l’Ukraine avait choisi la voie suivie par la Biélorussie ?
  • Et si l’Ukraine avait choisi la voie suivie par la Biélorussie ?
  • DARPA – Si les nations pouvaient vraiment décider…
  • Le cœur de la Russie – Yakoutie

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>


GEFIRA provides in-depth and comprehensive analysis of and valuable insight into current events that investors, financial planners and politicians need to know to anticipate the world of tomorrow; it is intended for professional and non-professional readers.

Yearly subscription: 10 issues for 225€
Renewal: 160€

The Gefira bulletin is available in ENGLISH, GERMAN and SPANISH.

 
Menu
More