Le chemin vers les guerres modernes

Le président Trump mène une politique combinant menace militaire et guerre économique, et son objectif est de restaurer l’hégémonie américaine, en particulier face à la montée de la concurrence : la Chine. Pékin a acquis des connaissances technologiques et a commencé à s’étendre au-delà de ses frontières, ayant un accès plus facile à l’Asie centrale et au Pacifique que les Américains. En 2015, lorsque Trump s’est présenté aux élections, nous avons écrit :

​“​“La rhétorique de guerre de Trump est très populaire auprès de son public et va bien au-delà de la déclaration d’Obama sur l’exceptionnalisme américain. Au New Hampshire, Trump a failli déclarer la guerre à la Chine : « Regardez ce qu’ils ont fait, ils ont pris notre argent, nos emplois, notre base, notre fabrication, et nous leur devons 1,5 billion de dollars, c’est comme de la magie, ils ont tout pris, et nous leur devons de l’argent. » M. Trump n’a pas dit à son auditoire que le retour à l’emploi a un coût. Le PIB par habitant de la Chine est d’environ 7 500 dollars, tandis que le PIB par habitant des États-Unis est d’environ 55 000 dollars. La rhétorique chinoise est sans équivoque : la Chine a volé ce qui appartient aux États-Unis, et il n’est pas nécessaire de rembourser la dette américaine envers la Chine. Le monde devrait se préparer à ce que M. Trump soit le 45ème président des USA.”

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°34 disponible dès maintenant

  • Une main de cartes ou les événements en cours
  • L’antisémitisme des Européens autochtones ?
  • Le grand Israël

Le président Trump veut dicter le monde entier, mais, compte tenu du fait que les États-Unis sont maintenant en conflit avec Cuba, le Venezuela, l’Iran, la Syrie, la Russie, la Chine et la Corée du Nord, une grande guerre n’est pas à prévoir de sitôt, au point que les interventions militaires en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, au Yémen et en Libye semblent peu concluantes. Washington dispose d’un arsenal d’autres mesures, comme les suivantes:

  1. mener une guerre par procuration comme le financement de la résistance afghane aux Russes dans les années 80 du siècle précédent.
  2. imposer des sanctions économiques et bloquer des comptes bancaires. Cela a très bien fonctionné contre les petits pays. Tout de même, cela semble être moins efficace dans le cas de l’Iran, et presque inefficace dans le cas de la Russie. La Chine et la Russie accélèrent leurs efforts pour mettre en place des systèmes de paiement alternatifs, et les Européens – rappelons l’adhésion de l’Allemagne au projet Nord Stream 2 au mépris de la pression américaine – ne sont pas disposés à coopérer avec les Etats-Unis à cet égard.
  3. déclencher des révolutions colorées comme la Révolution orange de 2004 en Ukraine ou la Révolution verte de 2009 en Iran. La stratégie n’a pas toujours fonctionné comme prévu : la tentative de renverser le gouvernement vénézuélien a échoué.

En passant, nous pourrions remarquer que ces révolutions pourraient aussi être utilisées par les ennemis de l’Occident. Elles ne peuvent se produire que dans des sociétés politiquement et économiquement instables, et c’est de plus en plus le sort des États-Unis et de l’Europe, tous deux déchirés par des divisions ethniques et religieuses. L’Iran, la Turquie, la Russie et la Chine peuvent armer des factions en Europe et ainsi déstabiliser ces pays de l’intérieur, comme l’ont fait les Américains en Syrie. Le gouvernement turc dispose d’un vaste réseau de mosquées Diyanet qui peuvent distribuer des armes dans les banlieues de Paris, Lyon et Marseille.

Washington a deux opinions divergentes au sujet de sa politique étrangère. Les démocrates voulaient poursuivre l’ingérence au Moyen-Orient et en particulier en Syrie, où, sous le mandat du président Barack Obama, les djihadistes de presque toutes les tendances politiques étaient armés pour expulser le président Bachar al-Assad.4 Le lobby juif de Washington s’efforce de s’opposer à l’Iran, ce qui pourrait s’avérer coûteux. La coalition formée par Téhéran avec le Liban, la Syrie et l’Irak est considérée comme une menace directe pour Israël, ce qui signifie que tôt ou tard, Tel-Aviv verra le président Trump bombarder l’Iran. Rappelons le raid israélien de 1981 sur le réacteur nucléaire irakien.

Source: AIPAC pro-Israel Lobby

Bien que la plupart des partisans de Trump ne soient pas intéressés par une guerre avec l’Iran, les tensions vont probablement s’intensifier. Les Turcs ont déjà indiqué qu’ils ne sont pas prêts à payer un prix plus élevé pour le pétrole et qu’ils pourraient tenter de contourner les sanctions.5 La rumeur dit que les Chinois ont cessé d’acheter du pétrole iranien.6 Les Chinois ont probablement apporté cette nouvelle pour tromper l’administration américaine. L’économie mondiale ne peut pas se permettre un prix élevé pour l’énergie. Si l’électeur américain voit le prix du pétrole augmenter à la pompe à la suite d’une autre guerre inutile, cela n’aidera pas le président Trump lors des élections du 3 novembre 2020.- Alas! Read more in Gefira 34

La maladie japonaise se propage dans le monde entier

Vous avez peut-être entendu parler de la maladie japonaise, une maladie qui déchire le monde développé, une maladie qui est apparue au Japon et qui a été ainsi nommée. Non ? Pas étonnant. Ce n’est pas une maladie biologique comme le VIH ou une nouvelle forme de métastase. Mais quand on y pense, c’est biologique après tout. En quelque sorte biologique en ce sens que les populations des pays les plus riches et économiquement avancés, que ce soit en Asie, en Europe, en Amérique du Nord ou en Australie, ont depuis longtemps cessé de se multiplier. Crescite et multiplicamini n’est plus une alternative pour un citoyen d’une société opulente. L’hédonisme l’est. Qu’elle soit mentale ou économique, contrôlée par les pouvoirs en place ou spontanée, n’est pas la question ici. Les effets sont palpables et c’est ce qui compte. Les économies fondées sur la création de la dette ont un besoin urgent de se développer pour rembourser la dette ; la croissance est générée par l’augmentation de la consommation ; la consommation signifie la demande et ce sont les humains, en particulier les jeunes, qui stimulent la demande. Les jeunes sont en déclin. Chaque année, chaque décennie. Certes, l’espérance de vie dans les pays développés est beaucoup plus longue qu’ailleurs dans le monde, mais ce ne sont pas les personnes âgées qui stimulent la demande. Les personnes âgées ont déjà acheté ce dont elles avaient besoin. Ah oui, elles créent un seul type de demande : les soins médicaux, mais ils sont payés par l’ensemble de la société.

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°33 disponible dès maintenant

  • La maladie japonaise se propage dans le monde entier
  • La Chine: La Révolution d’Octobre : déjà vu ?
  • L’expropriation : une politique de longue date

Un faible nombre de jeunes se traduit par une faible demande, ce qui signifie, pas de relance économique, donc pas de croissance, et donc par une dette toujours croissante. Que faut-il faire ? Il y a plusieurs façons pour s’en sortir. Première idée : importer des jeunes du reste du monde. Deuxième idée : faire payer le prix fort aux membres de la classe moyenne le fardeau que l’ensemble de la société doit porter. Et forger une idéologie appropriée et convaincante pour faire en sorte que tout cela fonctionne dans l’esprit des citoyens. Des étrangers inondent l’Europe de l’Ouest et les Etats-Unis ? Enrichissement et obligation humaine d’aider les personnes en détresse. Taux d’intérêt négatifs et impôts plus élevés ? Solidarité sociale. Nul n’est opposé à de tels idéaux, n’est-ce pas ?

Dans ce numéro de Gefira, nous attirons l’attention de nos lecteurs sur la maladie japonaise mentionnée ci-dessus et ce qu’elle implique. Les effets ont leurs causes. Les Européens blancs ont décidé de ne plus avoir d’enfants, c’est bien, mais ils doivent dire adieu à la société d’abondance ou… ou essayer de rattraper le nombre perdu d’enfants à naître : ils doivent adopter les « déchets de la terre » comme il est inscrit sur le socle de la Statue de la Liberté, et renoncer à certaines de leurs richesses accumulées. L’Occident a beaucoup économisé en n’ayant pas d’enfants, et il doit maintenant donner beaucoup pour subvenir aux besoins de la société vieillissante et la maintenir en vie. Si crescite et multiplicamini avait été mis à l’honneur sur la liste des priorités de l’homme moderne, il ne serait pas dans la situation actuelle. Hélas ! Read more in Gefira 33

La révolution de la classe moyenne

La catastrophe financière de 2008 a marqué le début d’une profonde crise d’identité en Occident. Après la faillite de l’américain Lehman Brothers, les gouvernements du monde entier ont commencé à soutenir leurs institutions financières avec des sommes illimitées d’argent des contribuables. Les petites et moyennes entreprises feraient faillite et les habitants des États-Unis continueraient d’être expulsés de leurs maisons tandis que l’élite financière obtiendrait un soutien public considérable. En d’autres termes : socialisme pour Wall Street, capitalisme pour Main Street. Il est devenu douloureusement clair que le libre marché et le capitalisme ne fonctionnaient pas pour les banques et les institutions financières.

Vient ensuite la crise de l’euro, avec la dette de la Grèce en son centre. Certaines économies européennes souffrent du déséquilibre entre les revenus et une dette publique croissante. En 2015, il était évident que les dirigeants européens n’avaient aucune solution pour la Grèce et en auront encore moins pour les problèmes similaires qui se poseront inévitablement et prochainement en Espagne, en France et en Italie.

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°30 disponible dès maintenant

  • Les présages ne sont pas bons
  • Possédé par une idéologie : La réémergence du marxisme
  • Le Parti Vert, les communistes et les entreprises au pouvoir

Au cours de la période 2008-2015, il y a eu une opposition généralisée des citoyens face à l’établissement financier, les gouvernements européens et le système monétaire. Ce ressentiment était alimenté par la perception que l’ensemble du système était injuste à l’égard du citoyen moyen. En 2015, l’homme politique d’extrême gauche Alexis Tsipras, a pris le pouvoir en Grèce, et des socialistes comme Yanis Varoufakis, Jeremy Corbyn et Bernie Sanders sont devenus les protecteurs des classes moyennes et populaires. Le climat politique semble parfait pour les socialistes et pourtant les partis socialistes sont en déclin.

Ce n’est pas seulement l’inégalité qui compte. La plupart des pays occidentaux mettent en oeuvre la redistribution des richesses des classes moyennes aux classes inférieures. Aux Pays-Bas par exemple, une famille avec un adulte qui travaille pour un revenu annuel de 20.000 euros, reçoit 7.000 euros de subventions, empochant ainsi 27.000 euros, alors qu’une personne dont le revenu annuel est de 31.000 euros doit payer 3.000 euros d’impôts, et comme elle ne reçoit aucune subvention, elle se retrouve avec 28.000 euros. A toutes fins pratiques, une différence de revenu de 10.000 compte comme nulle.

Continue reading

Le Projet Européen Prend Fin

La fin de l’UE et les Balkans en tant qu’ancrage de la Chine en Europe

Bien que la fin de l’Union européenne soit inévitable, les partisans d’un autre super-État intégré ou fédéral sont occupés à faire un dernier effort pour atteindre leur objectif. L’opposition contre le projet s’accroît de jour en jour. L’Europe souffre d’une stagnation économique et est confrontée à une catastrophe démographique.

Le dernier espoir du pouvoir pro-européen était le président français nouvellement élu, Emanuel Macron, qui devait relancer l’économie et intégrer l’Union européenne sous une direction française. Le Gefira était d’avis que toutes ces attentes étaient erronées. La grande nation d’autrefois est irrémédiablement brisée. Les problèmes de la France sont bien pires que ceux de l’Italie. Bien que le ratio de la dette au PIB de l’Italie soit plus élevé que celui de la France, le déficit budgétaire de la France est plus important, à la différence près que l’Italie affiche un excédent commercial, alors que la France affiche un déficit commercial, de sorte que le pays ne peut payer pour ses importations.

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°29 disponible dès maintenant

  • Le Projet Européen Prend Fin
  • Les Balkans
  • La sécurité intelligente ou automatisée est l’avenir

Alors que le « populiste » italien Mateo Salvini gagne le respect de la nation, la popularité d’Emmanuel Macron est à son plus bas niveau historique. Toute la France est engloutie dans des émeutes, des troubles civils et des pillages. Ville après ville, village après village, les manifestants s’affrontent avec la police depuis des semaines, alors que le président Macron n’a rien à offrir pour les apaiser, à moins qu’il ne transgresse la limite du déficit budgétaire de 3%.

Comme l’Union soviétique l’a déjà été, la France est une expérience socio-multiculturelle considérable, et comme les magasins vides des pays communistes, les changements démographiques en France sont visibles dans tous les secteurs de la société, mais personne n’ose les nommer. Le monde entier s’est aperçu que l’équipe de France présente à la Coupe du Monde de la FIFA était composée presque exclusivement d’Africains, et même sur Twitter, des Africains s’en sont vantés. Pourtant, l’état français a insisté sur le fait que ces Africains étaient parfaitement français. Les contestataires étaient qualifiés de racistes ou de nazis.

Les milieux universitaires ainsi que les milieux politiques et économiques nient ce qui est clair pour tous. La société française a perdu sa force économique et son esprit. Le pays était autrefois connu pour ses premiers trains à grande vitesse (TGV) et pour son Concorde, mais il est aujourd’hui connu pour sa dystopie sociale et ses attaques islamistes.

Pour prouver qu’elles ont raison, les élites françaises et européennes pousseront la société multiculturelle encore plus loin, en signant le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière. Aussi le rapport intitulé : « Migration de remplacement : S’agit-il d’une solution pour une population vieillissante » est le plan global des Nations Unies pour remplacer la population européenne.

La Cinquième République a pris fin et nous ne nous attendons pas à ce que le Président Macron termine son mandat. L’effondrement socio-économique de la France entraînera l’Union européenne dans l’abîme.

Maintenant que le coeur de l’Europe est ingouvernable, ses périphéries ne s’en porteront pas mieux. La Bosnie multiculturelle et multi religieuse n’est pas viable à long terme. Les frontières de la région seront de nouveau redessinées, ce qui aura un coût. Une guerre entre musulmans et chrétiens dans les Balkans aura des répercussions dans les banlieues de Paris, d’Amsterdam et de Berlin en raison de l’importance des minorités musulmanes. Le pouvoir européen a permis à l’islam de se développer en Europe et, assez curieusement, ils croyaient que les musulmans européens seraient reconnaissants de cette générosité.

Du point de vue des puissances non européennes, les Balkans sont une tête de pont pour laquelle il vaut la peine de se battre. Au XIXème siècle, ce sont les Européens qui se sont implantés en Chine, aujourd’hui ce sont les Chinois qui tentent de s’implanter en Europe. Les investissements et l’influence de la Chine augmentent dans les Balkans. Pendant des siècles, cette partie de l’Europe a été un champ de bataille entre le christianisme (orthodoxe et catholique) et l’Islam. Aujourd’hui, un nouvel acteur mondial est apparu dans la région : la Chine. Pour nombreux Européens, cette partie de l’Europe semble peu importante, mais nous pensons qu’ignorer les Balkans sera une erreur fatale. Les conflits y sont loin d’être résolus, et l’Occident, par son ignorance des subtilités de l’histoire des Balkans, alimente le feu par les solutions qu’il y applique.

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’information que l’équipe de Gefira publie dix fois par an. Nous faisons des prévisions objectives, sans concession sur l’avenir énergétique et géopolitique du monde. Que ce soit pour l’élection de Trump, l’augmentation du prix du pétrole ou du Bitcoin, Gefira avait déjà tout prévu !

Selon l’équipe de Gefira, la prochaine crise systémique aura lieu vers 2020. Le prix du pétrole atteindra les 100 dollars le baril et l’Allemagne sera confrontée au début de la vague massive de départ à la retraite de ses baby-boomers. De plus, il existe un risque élevé de guerre sur le Vieux Continent. Cependant, ce n’est pas la Russie mais la Turquie qui représente la menace la plus imminente.

Ce ne sont ni les marchés émergents, ni les dettes publiques ou privées qui devraient intéresser les investisseurs mais plutôt le déclin démographique qui frappe les pays développés. Le Japon est le premier pays qui subit les conséquences du déclin de sa population et c’est pour cette raison que Tokyo poursuit ses politiques monétaire et fiscale d’exception. Le déclin des populations Européennes et Américaines aura des conséquences économiques désastreuses, et après 2025, ce sera au tour de la Chine de rejoindre le club des nations mourantes.

La Chine et la Russie mises à part, la croissance économique des pays en voie de développement, qu’ils soient situés en Afrique, au Moyen Orient ou en Asie du Sud, dépend directement de celle des pays développés confrontés, quant à eux, au déclin dramatique de leurs populations.

Dans le bulletin Gefira, nous vous proposons des suggestions d’investissement ainsi qu’une vision cohérente de l’avenir, le tout appréhendé sous un angle macroéconomique.

Abonnez-vous au Bulletin Financier Gefira et recevez nos dix prochains numéros ainsi qu’un accès libre à toutes nos archives pour seulement 225 euros

ou

Achetez un seul exemplaire.

En privilégiant une approche d’investisseur, de conseiller financier, nous abordons en priorité des sujets tels que:

  • les risques géopolitiques
  • les dynamiques démographiques
  • les dettes publiques et privées
  • les bulles d’actifs
  • les cryptomonnaies
  • la sécurité énergétique

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’informations confidentielles examinant différents événements économiques actuels, dédiée aux investisseurs et plus généralement au monde des affaires. Le Bulletin est complété par notre site web, site sur lequel vous trouverez plein d’articles traitant de thématiques sociales. L’équipe de recherche de Gefira est la seule à être pleinement consciente de l’importance des bouleversements démographiques actuels, sans précédent dans toute l’histoire.

L’équipe de recherche de Gefira élabore son analyse prospective en s’appuyant sur:

  • une connaissance approfondie du monde financier et bancaire;
  • une compréhension globale de l’histoire et de l’échiquier géopolitique;
  • une analyse détaillée, séquentielle de millions de données;
  • des simulations assistées par ordinateur.

Bien cordialement,

T.Dankers, rédacteur en chef
editor@gefira.org

Les Etats-Unis deviendront une nation néo-féodale

Le monde occidental s’oriente vers une prochaine grande crise économique et sociale. La domination des Etats-Unis s’affaiblit et son pouvoir lutte face à cela. Pour maintenir cette suprématie américaine, le président Trump et son administration tentent de transformer la nation en une société néo féodale avec une nouvelle relation entre le président (souverain), l’élite financière (les détenteurs de fiefs, les vassaux privilégiés) et le peuple (sujets effectuant des socages). Lorsque le pays se porte bien, la population vit dans une relative stabilité et le leader est bien-aimé. Les États-Unis sont confrontés à un déclin démographique et à un remplacement rapide de sa population par des migrants d’Amérique centrale et d’Afrique. Ce développement interne aura de profondes répercussions sur la stabilité sociale et la prospérité économique. Les Etats-Unis ne peuvent être une superpuissance que si le pays est stable et que la nation soutient son pouvoir.

Jérôme Powell, le président de la FED, fait dérailler le programme de relance de Trump en augmentant le taux d’intérêt et en réduisant le bilan de la Réserve fédérale. Les actions de la FED se traduisent par une baisse des cours boursiers et une augmentation du coût du service de la dette pour les entreprises américaines fortement endettées. Les États-Unis sont aujourd’hui le plus grand consommateur et producteur de pétrole au monde grâce à leur industrie de l’huile de schiste. Cependant, même avec un prix du pétrole autour de 70 $, l’industrie a perdu plus qu’elle n’a gagné. Un taux d’intérêt élevé et un faible prix du pétrole rendent l’industrie vulnérable.

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°28 disponible dès maintenant

  • Les Etats-Unis deviendront une nation néo-féodale
  • Il est de nouveau temps pour l’or
  • Trident Juncture : La glace arctique devient chaude

Le président a clairement annoncé qu’il n’appréciait pas ce que la FED faisait. La FED doit révise ses décisions, faute de quoi Jérôme Powell sera congédié comme le prévoit l’article 10 de la loi fédérale. La FED devra reconsidérer sa politique afin de permettre au marché boursier de repartir à la hausse l’année prochaine. Toutefois, les investisseurs doivent être prudents. L’empereur n’a pas de vêtements, et alors que le S&P est encore à un sommet historique, il peut arriver que des marques distinguées comme General Electric, autrefois l’entreprise américaine la plus précieuse, soient bientôt au bord de la faillite.

Le Président Trump ne pourra pas inverser le déclin social, l’appauvrissement progressif de la classe moyenne et l’exode des usines. Les tensions au sein de l’establishment américain s’étendent jusqu’en Europe. De part et d’autre de l’Atlantique, la grogne entre les peuples autochtones et les immigrants est énorme, de ce fait, les affrontements ethniques sont de plus en plus probables. La confiance dans les gouvernements nationaux s’érode et les sociétés occidentales vont lentement s’effondrer. Si les États-Unis demeurent la seule superpuissance mondiale, ils ont néanmoins perdu la guerre contre les talibans en Afghanistan. Pourtant, la cabale de Washington s’accroche au pouvoir en imposant de plus en plus de sanctions aux entreprises et aux pays. Le monde occidental et son système financier s’effondrent et c’est pour cette raison que l’or sera de nouveau un refuge pour les investisseurs.

L’énergie est essentielle. Le conflit avec la Russie concerne l’énergie. Tant que la Russie sera le principal fournisseur d’énergie d’Europe, Moscou exercera son pouvoir sur le Vieux Continent. L’opération Trident, les grands exercices militaires de l’OTAN en Norvège, porte sur les ressources énergétiques. Dans le Gefira 28, nous discutons de l’avenir des Etats-Unis et donnons au lecteur une analyse approfondie de l’industrie américaine du schiste, expliquant pourquoi la FED sera contrainte de changer sa politique.

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’information que l’équipe de Gefira publie dix fois par an. Nous faisons des prévisions objectives, sans concession sur l’avenir énergétique et géopolitique du monde. Que ce soit pour l’élection de Trump, l’augmentation du prix du pétrole ou du Bitcoin, Gefira avait déjà tout prévu !

Selon l’équipe de Gefira, la prochaine crise systémique aura lieu vers 2020. Le prix du pétrole atteindra les 100 dollars le baril et l’Allemagne sera confrontée au début de la vague massive de départ à la retraite de ses baby-boomers. De plus, il existe un risque élevé de guerre sur le Vieux Continent. Cependant, ce n’est pas la Russie mais la Turquie qui représente la menace la plus imminente.

Ce ne sont ni les marchés émergents, ni les dettes publiques ou privées qui devraient intéresser les investisseurs mais plutôt le déclin démographique qui frappe les pays développés. Le Japon est le premier pays qui subit les conséquences du déclin de sa population et c’est pour cette raison que Tokyo poursuit ses politiques monétaire et fiscale d’exception. Le déclin des populations Européennes et Américaines aura des conséquences économiques désastreuses, et après 2025, ce sera au tour de la Chine de rejoindre le club des nations mourantes.

La Chine et la Russie mises à part, la croissance économique des pays en voie de développement, qu’ils soient situés en Afrique, au Moyen Orient ou en Asie du Sud, dépend directement de celle des pays développés confrontés, quant à eux, au déclin dramatique de leurs populations.

Dans le bulletin Gefira, nous vous proposons des suggestions d’investissement ainsi qu’une vision cohérente de l’avenir, le tout appréhendé sous un angle macroéconomique.

Abonnez-vous au Bulletin Financier Gefira et recevez nos dix prochains numéros ainsi qu’un accès libre à toutes nos archives pour seulement 225 euros

ou

Achetez un seul exemplaire.

En privilégiant une approche d’investisseur, de conseiller financier, nous abordons en priorité des sujets tels que:

  • les risques géopolitiques
  • les dynamiques démographiques
  • les dettes publiques et privées
  • les bulles d’actifs
  • les cryptomonnaies
  • la sécurité énergétique

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’informations confidentielles examinant différents événements économiques actuels, dédiée aux investisseurs et plus généralement au monde des affaires. Le Bulletin est complété par notre site web, site sur lequel vous trouverez plein d’articles traitant de thématiques sociales. L’équipe de recherche de Gefira est la seule à être pleinement consciente de l’importance des bouleversements démographiques actuels, sans précédent dans toute l’histoire.

L’équipe de recherche de Gefira élabore son analyse prospective en s’appuyant sur:

  • une connaissance approfondie du monde financier et bancaire;
  • une compréhension globale de l’histoire et de l’échiquier géopolitique;
  • une analyse détaillée, séquentielle de millions de données;
  • des simulations assistées par ordinateur.

Bien cordialement,

T.Dankers, rédacteur en chef
editor@gefira.org

Les élites financières Européennes ont déclaré la guerre à l’Italie

Les banksters de l’Union Européenne se préparent à faire exploser le système bancaire et précipiter l’économie Italienne dans le chaos. Jeroen Dijsselbloem, ex-ministre des finances Néerlandais et ex-président de l’Eurogroupe, nous l’a prouvé la semaine dernière, dans une interview accordée à CNBC, en déclarant la guerre au gouvernement Italien ! Rien que cela ! Tel un parrain de la Mafia, il a averti l’Italie qu’elle devrait faire face à de graves troubles si elle ne se soumettait pas aux directives du gang Bruxellois. Bien entendu, sa déclaration était formulée en termes diplomatiques. Jugez plutôt :

“Si la crise Italienne devient une crise majeure, elle affectera seulement l’économie Italienne… son impact sur le reste de l’Europe sera très limité”. A cela, il a ajouté : “En analysant en détail la manière dont sont financées l’économie et les banques Italiennes, nous pouvons d’ores et déjà affirmer qu’il s’agira plus d’une implosion que d’une explosion”.

Il est inhabituel qu’une personne d’aussi grande envergure mette publiquement un pays (de surcroît ne disposant que d’une faible marge de manoeuvre) face à une telle situation et utilise des méthodes quasi-terroristes pour tenter de le soumettre. En réalité, c’est du jamais vu ! Nous pensons que cette menace à peine voilée est un feu vert donné aux marchés financiers en vue d’orchestrer une attaque sur les bons du Trésor Italien pour obliger les Italiens à céder. Mais continuons plutôt d’écouter ce chien de garde de la ploutocratie bancaire Européenne :

“Les marchés vont probablement jouer un rôle. Si vous anticipez le fait que l’Italie aura besoin l’année prochaine d’énormément de fonds (nous parlons d’environ 250 milliards d’euros) pour refinancer une partie du stock de sa dette et aussi, bien entendu, ses nouveaux plans de relance, alors vous pouvez être sûr que les marchés vont guetter cela de très près.”

Italy’s situation is ‘pretty worrisome’: Dijsselbloem de CNBC.

Un peu plus loin dans l’interview, il rappelle au gouvernement Italien que les banques Italiennes sont dans le viseur des autorités financières Européennes. Pour déstabiliser l’économie d’un pays, il faut s’attaquer a son épine dorsale, c’est-à-dire aux banques.
M. Dijsselbloem, le sourire en coin, poursuit :

“L’autorité de surveillance bancaire aura également un rôle à jouer, celui de se pencher sur les risques qui pèsent sur les banques italiennes. En effet, nous avons remarqué que leurs valeurs boursières baissaient dangereusement”. Continue reading

Le marché automobile Européen est saturé ; les constructeurs Allemands sont à la merci de la Chine. L’Allemagne sera le dernier domino Européen à chuter

Les turbulences sur les marchés financiers et l’augmentation du rendement de l’obligation italienne sont un prélude à la véritable crise que nous prévoyons l’année prochaine, ou au plus tard en 2020. Le gouvernement actuel italien ne modifiera pas son projet d’augmenter son déficit budgétaire sous la pression des marchés financiers. Salvini obtient de plus en plus de soutien pour sa confrontation à l’égard de l’Union européenne. Une partie de l’establishment italien veut reprendre le contrôle de sa monnaie, stimulant ainsi la politique monétaire et frontalière de la BCE.

Nombreux italiens renommés, comme Claudio Borghi, président de la commission du budget de la chambre basse et conseiller principal de la Ligue du Nord (parti de Salvini), et Paolo Savona, ministre chargé des Affaires européennes, attendent l’occasion idéale pour introduire le mini-BOT en tant que monnaie parallèle. La politique d’immigration de masse imprudente de Bruxelles a joué en faveur de Salvini : il bénéficie du soutien populaire, ainsi que des militaires et de la sécurité, ce qui renforce sa position contre l’Union européenne. Les pouvoirs italiens commencent à comprendre que s’ils perdent leur souveraineté au profit de l’Union européenne, ils perdront leur raison d’être.

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°27 disponible dès maintenant

  • Les industries Allemandes se vendent à Xi Jinping
  • “Energiewende” va faire de Vladimir Poutine le tsar de l’énergie en Allemagne
  • Recep Tayyip Erdogan, chef des Musulmans d’Allemagne
  • La Corée du Nord est la dernière opportunité de croissance économique au monde

Il est fort probable que la BCE rachète les obligations italiennes afin d’empêcher une nouvelle escalade du rendement des obligations italiennes.

Les économies nationales en Europe vont commencer à s’effondrer, ce qui entraînera une perte de contrôle des dépenses publiques dans de nombreux pays européens, de sorte que le déficit budgétaire et la dette publique vont recommencer à augmenter. Seule l’Allemagne semble contrôler le projet européen et en tirer profit, mais pas pour longtemps. Les décisions économiques et monétaires bruxelloises finiront par mettre un terme à la prospérité relative du pays. Sa base manufacturière sera reprise par Xi Jingpin, les écologistes qui exigent l’imposition de diverses restrictions à l’industrie, faciliteront d’autant plus la tâche de Vladimir Poutine de devenir le tsar allemand du gaz, tandis que Recep Tayyip Erdoğan est en passe de devenir le président adoré d’une grande partie des « allemands ».

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’information que l’équipe de Gefira publie dix fois par an. Nous faisons des prévisions objectives, sans concession sur l’avenir énergétique et géopolitique du monde. Que ce soit pour l’élection de Trump, l’augmentation du prix du pétrole ou du Bitcoin, Gefira avait déjà tout prévu !

Selon l’équipe de Gefira, la prochaine crise systémique aura lieu vers 2020. Le prix du pétrole atteindra les 100 dollars le baril et l’Allemagne sera confrontée au début de la vague massive de départ à la retraite de ses baby-boomers. De plus, il existe un risque élevé de guerre sur le Vieux Continent. Cependant, ce n’est pas la Russie mais la Turquie qui représente la menace la plus imminente.

Ce ne sont ni les marchés émergents, ni les dettes publiques ou privées qui devraient intéresser les investisseurs mais plutôt le déclin démographique qui frappe les pays développés. Le Japon est le premier pays qui subit les conséquences du déclin de sa population et c’est pour cette raison que Tokyo poursuit ses politiques monétaire et fiscale d’exception. Le déclin des populations Européennes et Américaines aura des conséquences économiques désastreuses, et après 2025, ce sera au tour de la Chine de rejoindre le club des nations mourantes.

La Chine et la Russie mises à part, la croissance économique des pays en voie de développement, qu’ils soient situés en Afrique, au Moyen Orient ou en Asie du Sud, dépend directement de celle des pays développés confrontés, quant à eux, au déclin dramatique de leurs populations.

Dans le bulletin Gefira, nous vous proposons des suggestions d’investissement ainsi qu’une vision cohérente de l’avenir, le tout appréhendé sous un angle macroéconomique.

Abonnez-vous au Bulletin Financier Gefira et recevez nos dix prochains numéros ainsi qu’un accès libre à toutes nos archives pour seulement 225 euros ou 250 dollars

ou

Achetez un seul exemplaire

En privilégiant une approche d’investisseur, de conseiller financier, nous abordons en priorité des sujets tels que:

  • les risques géopolitiques
  • les dynamiques démographiques
  • les dettes publiques et privées
  • les bulles d’actifs
  • les cryptomonnaies
  • la sécurité énergétique

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’informations confidentielles examinant différents événements économiques actuels, dédiée aux investisseurs et plus généralement au monde des affaires. Le Bulletin est complété par notre site web, site sur lequel vous trouverez plein d’articles traitant de thématiques sociales. L’équipe de recherche de Gefira est la seule à être pleinement consciente de l’importance des bouleversements démographiques actuels, sans précédent dans toute l’histoire.

L’équipe de recherche de Gefira élabore son analyse prospective en s’appuyant sur:

  • une connaissance approfondie du monde financier et bancaire;
  • une compréhension globale de l’histoire et de l’échiquier géopolitique;
  • une analyse détaillée, séquentielle de millions de données
  • des simulations assistées par ordinateur.

Bien cordialement,

T.Dankers, rédacteur en chef
editor@gefira.org