Les Etats-Unis deviendront une nation néo-féodale

Le monde occidental s’oriente vers une prochaine grande crise économique et sociale. La domination des Etats-Unis s’affaiblit et son pouvoir lutte face à cela. Pour maintenir cette suprématie américaine, le président Trump et son administration tentent de transformer la nation en une société néo féodale avec une nouvelle relation entre le président (souverain), l’élite financière (les détenteurs de fiefs, les vassaux privilégiés) et le peuple (sujets effectuant des socages). Lorsque le pays se porte bien, la population vit dans une relative stabilité et le leader est bien-aimé. Les États-Unis sont confrontés à un déclin démographique et à un remplacement rapide de sa population par des migrants d’Amérique centrale et d’Afrique. Ce développement interne aura de profondes répercussions sur la stabilité sociale et la prospérité économique. Les Etats-Unis ne peuvent être une superpuissance que si le pays est stable et que la nation soutient son pouvoir.

Jérôme Powell, le président de la FED, fait dérailler le programme de relance de Trump en augmentant le taux d’intérêt et en réduisant le bilan de la Réserve fédérale. Les actions de la FED se traduisent par une baisse des cours boursiers et une augmentation du coût du service de la dette pour les entreprises américaines fortement endettées. Les États-Unis sont aujourd’hui le plus grand consommateur et producteur de pétrole au monde grâce à leur industrie de l’huile de schiste. Cependant, même avec un prix du pétrole autour de 70 $, l’industrie a perdu plus qu’elle n’a gagné. Un taux d’intérêt élevé et un faible prix du pétrole rendent l’industrie vulnérable.

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°28 disponible dès maintenant

  • Les Etats-Unis deviendront une nation néo-féodale
  • Il est de nouveau temps pour l’or
  • Trident Juncture : La glace arctique devient chaude

Le président a clairement annoncé qu’il n’appréciait pas ce que la FED faisait. La FED doit révise ses décisions, faute de quoi Jérôme Powell sera congédié comme le prévoit l’article 10 de la loi fédérale. La FED devra reconsidérer sa politique afin de permettre au marché boursier de repartir à la hausse l’année prochaine. Toutefois, les investisseurs doivent être prudents. L’empereur n’a pas de vêtements, et alors que le S&P est encore à un sommet historique, il peut arriver que des marques distinguées comme General Electric, autrefois l’entreprise américaine la plus précieuse, soient bientôt au bord de la faillite.

Le Président Trump ne pourra pas inverser le déclin social, l’appauvrissement progressif de la classe moyenne et l’exode des usines. Les tensions au sein de l’establishment américain s’étendent jusqu’en Europe. De part et d’autre de l’Atlantique, la grogne entre les peuples autochtones et les immigrants est énorme, de ce fait, les affrontements ethniques sont de plus en plus probables. La confiance dans les gouvernements nationaux s’érode et les sociétés occidentales vont lentement s’effondrer. Si les États-Unis demeurent la seule superpuissance mondiale, ils ont néanmoins perdu la guerre contre les talibans en Afghanistan. Pourtant, la cabale de Washington s’accroche au pouvoir en imposant de plus en plus de sanctions aux entreprises et aux pays. Le monde occidental et son système financier s’effondrent et c’est pour cette raison que l’or sera de nouveau un refuge pour les investisseurs.

L’énergie est essentielle. Le conflit avec la Russie concerne l’énergie. Tant que la Russie sera le principal fournisseur d’énergie d’Europe, Moscou exercera son pouvoir sur le Vieux Continent. L’opération Trident, les grands exercices militaires de l’OTAN en Norvège, porte sur les ressources énergétiques. Dans le Gefira 28, nous discutons de l’avenir des Etats-Unis et donnons au lecteur une analyse approfondie de l’industrie américaine du schiste, expliquant pourquoi la FED sera contrainte de changer sa politique.

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’information que l’équipe de Gefira publie dix fois par an. Nous faisons des prévisions objectives, sans concession sur l’avenir énergétique et géopolitique du monde. Que ce soit pour l’élection de Trump, l’augmentation du prix du pétrole ou du Bitcoin, Gefira avait déjà tout prévu !

Selon l’équipe de Gefira, la prochaine crise systémique aura lieu vers 2020. Le prix du pétrole atteindra les 100 dollars le baril et l’Allemagne sera confrontée au début de la vague massive de départ à la retraite de ses baby-boomers. De plus, il existe un risque élevé de guerre sur le Vieux Continent. Cependant, ce n’est pas la Russie mais la Turquie qui représente la menace la plus imminente.

Ce ne sont ni les marchés émergents, ni les dettes publiques ou privées qui devraient intéresser les investisseurs mais plutôt le déclin démographique qui frappe les pays développés. Le Japon est le premier pays qui subit les conséquences du déclin de sa population et c’est pour cette raison que Tokyo poursuit ses politiques monétaire et fiscale d’exception. Le déclin des populations Européennes et Américaines aura des conséquences économiques désastreuses, et après 2025, ce sera au tour de la Chine de rejoindre le club des nations mourantes.

La Chine et la Russie mises à part, la croissance économique des pays en voie de développement, qu’ils soient situés en Afrique, au Moyen Orient ou en Asie du Sud, dépend directement de celle des pays développés confrontés, quant à eux, au déclin dramatique de leurs populations.

Dans le bulletin Gefira, nous vous proposons des suggestions d’investissement ainsi qu’une vision cohérente de l’avenir, le tout appréhendé sous un angle macroéconomique.

Abonnez-vous au Bulletin Financier Gefira et recevez nos dix prochains numéros ainsi qu’un accès libre à toutes nos archives pour seulement 225 euros

ou

Achetez un seul exemplaire.

En privilégiant une approche d’investisseur, de conseiller financier, nous abordons en priorité des sujets tels que:

  • les risques géopolitiques
  • les dynamiques démographiques
  • les dettes publiques et privées
  • les bulles d’actifs
  • les cryptomonnaies
  • la sécurité énergétique

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’informations confidentielles examinant différents événements économiques actuels, dédiée aux investisseurs et plus généralement au monde des affaires. Le Bulletin est complété par notre site web, site sur lequel vous trouverez plein d’articles traitant de thématiques sociales. L’équipe de recherche de Gefira est la seule à être pleinement consciente de l’importance des bouleversements démographiques actuels, sans précédent dans toute l’histoire.

L’équipe de recherche de Gefira élabore son analyse prospective en s’appuyant sur:

  • une connaissance approfondie du monde financier et bancaire;
  • une compréhension globale de l’histoire et de l’échiquier géopolitique;
  • une analyse détaillée, séquentielle de millions de données;
  • des simulations assistées par ordinateur.

Bien cordialement,

T.Dankers, rédacteur en chef
editor@gefira.org

Les élites financières Européennes ont déclaré la guerre à l’Italie

Les banksters de l’Union Européenne se préparent à faire exploser le système bancaire et précipiter l’économie Italienne dans le chaos. Jeroen Dijsselbloem, ex-ministre des finances Néerlandais et ex-président de l’Eurogroupe, nous l’a prouvé la semaine dernière, dans une interview accordée à CNBC, en déclarant la guerre au gouvernement Italien ! Rien que cela ! Tel un parrain de la Mafia, il a averti l’Italie qu’elle devrait faire face à de graves troubles si elle ne se soumettait pas aux directives du gang Bruxellois. Bien entendu, sa déclaration était formulée en termes diplomatiques. Jugez plutôt :

“Si la crise Italienne devient une crise majeure, elle affectera seulement l’économie Italienne… son impact sur le reste de l’Europe sera très limité”. A cela, il a ajouté : “En analysant en détail la manière dont sont financées l’économie et les banques Italiennes, nous pouvons d’ores et déjà affirmer qu’il s’agira plus d’une implosion que d’une explosion”.

Il est inhabituel qu’une personne d’aussi grande envergure mette publiquement un pays (de surcroît ne disposant que d’une faible marge de manoeuvre) face à une telle situation et utilise des méthodes quasi-terroristes pour tenter de le soumettre. En réalité, c’est du jamais vu ! Nous pensons que cette menace à peine voilée est un feu vert donné aux marchés financiers en vue d’orchestrer une attaque sur les bons du Trésor Italien pour obliger les Italiens à céder. Mais continuons plutôt d’écouter ce chien de garde de la ploutocratie bancaire Européenne :

“Les marchés vont probablement jouer un rôle. Si vous anticipez le fait que l’Italie aura besoin l’année prochaine d’énormément de fonds (nous parlons d’environ 250 milliards d’euros) pour refinancer une partie du stock de sa dette et aussi, bien entendu, ses nouveaux plans de relance, alors vous pouvez être sûr que les marchés vont guetter cela de très près.”

Italy’s situation is ‘pretty worrisome’: Dijsselbloem de CNBC.

Un peu plus loin dans l’interview, il rappelle au gouvernement Italien que les banques Italiennes sont dans le viseur des autorités financières Européennes. Pour déstabiliser l’économie d’un pays, il faut s’attaquer a son épine dorsale, c’est-à-dire aux banques.
M. Dijsselbloem, le sourire en coin, poursuit :

“L’autorité de surveillance bancaire aura également un rôle à jouer, celui de se pencher sur les risques qui pèsent sur les banques italiennes. En effet, nous avons remarqué que leurs valeurs boursières baissaient dangereusement”. Continue reading

Le marché automobile Européen est saturé ; les constructeurs Allemands sont à la merci de la Chine. L’Allemagne sera le dernier domino Européen à chuter

Les turbulences sur les marchés financiers et l’augmentation du rendement de l’obligation italienne sont un prélude à la véritable crise que nous prévoyons l’année prochaine, ou au plus tard en 2020. Le gouvernement actuel italien ne modifiera pas son projet d’augmenter son déficit budgétaire sous la pression des marchés financiers. Salvini obtient de plus en plus de soutien pour sa confrontation à l’égard de l’Union européenne. Une partie de l’establishment italien veut reprendre le contrôle de sa monnaie, stimulant ainsi la politique monétaire et frontalière de la BCE.

Nombreux italiens renommés, comme Claudio Borghi, président de la commission du budget de la chambre basse et conseiller principal de la Ligue du Nord (parti de Salvini), et Paolo Savona, ministre chargé des Affaires européennes, attendent l’occasion idéale pour introduire le mini-BOT en tant que monnaie parallèle. La politique d’immigration de masse imprudente de Bruxelles a joué en faveur de Salvini : il bénéficie du soutien populaire, ainsi que des militaires et de la sécurité, ce qui renforce sa position contre l’Union européenne. Les pouvoirs italiens commencent à comprendre que s’ils perdent leur souveraineté au profit de l’Union européenne, ils perdront leur raison d’être.

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°27 disponible dès maintenant

  • Les industries Allemandes se vendent à Xi Jinping
  • “Energiewende” va faire de Vladimir Poutine le tsar de l’énergie en Allemagne
  • Recep Tayyip Erdogan, chef des Musulmans d’Allemagne
  • La Corée du Nord est la dernière opportunité de croissance économique au monde

Il est fort probable que la BCE rachète les obligations italiennes afin d’empêcher une nouvelle escalade du rendement des obligations italiennes.

Les économies nationales en Europe vont commencer à s’effondrer, ce qui entraînera une perte de contrôle des dépenses publiques dans de nombreux pays européens, de sorte que le déficit budgétaire et la dette publique vont recommencer à augmenter. Seule l’Allemagne semble contrôler le projet européen et en tirer profit, mais pas pour longtemps. Les décisions économiques et monétaires bruxelloises finiront par mettre un terme à la prospérité relative du pays. Sa base manufacturière sera reprise par Xi Jingpin, les écologistes qui exigent l’imposition de diverses restrictions à l’industrie, faciliteront d’autant plus la tâche de Vladimir Poutine de devenir le tsar allemand du gaz, tandis que Recep Tayyip Erdoğan est en passe de devenir le président adoré d’une grande partie des « allemands ».

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’information que l’équipe de Gefira publie dix fois par an. Nous faisons des prévisions objectives, sans concession sur l’avenir énergétique et géopolitique du monde. Que ce soit pour l’élection de Trump, l’augmentation du prix du pétrole ou du Bitcoin, Gefira avait déjà tout prévu !

Selon l’équipe de Gefira, la prochaine crise systémique aura lieu vers 2020. Le prix du pétrole atteindra les 100 dollars le baril et l’Allemagne sera confrontée au début de la vague massive de départ à la retraite de ses baby-boomers. De plus, il existe un risque élevé de guerre sur le Vieux Continent. Cependant, ce n’est pas la Russie mais la Turquie qui représente la menace la plus imminente.

Ce ne sont ni les marchés émergents, ni les dettes publiques ou privées qui devraient intéresser les investisseurs mais plutôt le déclin démographique qui frappe les pays développés. Le Japon est le premier pays qui subit les conséquences du déclin de sa population et c’est pour cette raison que Tokyo poursuit ses politiques monétaire et fiscale d’exception. Le déclin des populations Européennes et Américaines aura des conséquences économiques désastreuses, et après 2025, ce sera au tour de la Chine de rejoindre le club des nations mourantes.

La Chine et la Russie mises à part, la croissance économique des pays en voie de développement, qu’ils soient situés en Afrique, au Moyen Orient ou en Asie du Sud, dépend directement de celle des pays développés confrontés, quant à eux, au déclin dramatique de leurs populations.

Dans le bulletin Gefira, nous vous proposons des suggestions d’investissement ainsi qu’une vision cohérente de l’avenir, le tout appréhendé sous un angle macroéconomique.

Abonnez-vous au Bulletin Financier Gefira et recevez nos dix prochains numéros ainsi qu’un accès libre à toutes nos archives pour seulement 225 euros ou 250 dollars

ou

Achetez un seul exemplaire

En privilégiant une approche d’investisseur, de conseiller financier, nous abordons en priorité des sujets tels que:

  • les risques géopolitiques
  • les dynamiques démographiques
  • les dettes publiques et privées
  • les bulles d’actifs
  • les cryptomonnaies
  • la sécurité énergétique

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’informations confidentielles examinant différents événements économiques actuels, dédiée aux investisseurs et plus généralement au monde des affaires. Le Bulletin est complété par notre site web, site sur lequel vous trouverez plein d’articles traitant de thématiques sociales. L’équipe de recherche de Gefira est la seule à être pleinement consciente de l’importance des bouleversements démographiques actuels, sans précédent dans toute l’histoire.

L’équipe de recherche de Gefira élabore son analyse prospective en s’appuyant sur:

  • une connaissance approfondie du monde financier et bancaire;
  • une compréhension globale de l’histoire et de l’échiquier géopolitique;
  • une analyse détaillée, séquentielle de millions de données
  • des simulations assistées par ordinateur.

Bien cordialement,

T.Dankers, rédacteur en chef
editor@gefira.org

Le Grand Remplacement du peuple Néerlandais n’existe pas ? C’est encore un fantasme d’extrême-droite ?

Tout comme en France, le Grand Remplacement est un sujet très sensible aux Pays-Bas. En effet, depuis le début des années 70, le taux de fécondité y est trop faible pour assurer le renouvellement des générations. D’après nos estimations, le nombre de Néerlandais de souche est en baisse constante depuis cinq ans. Si cette tendance se poursuit, à la fin de ce siècle, la population autochtone sera réduite de 60% alors que le nombre d’habitants aura augmenté. Le Pays-Bas deviendra donc inévitablement un pays non-Européen. Les élites Néerlandaises, comme presque toutes les oligarchies des autres pays occidentaux, souhaitent que leurs propres peuples embrassent et célèbrent ces changements. Toute preuve factuelle d’un remplacement de population est balayée d’un revers de main par la bien-pensance qui s’empresse très vite de qualifier ses contradicteurs de “populiste”, “extrémiste”, “extrême-droite”. Tout regard lucide sur la réalité devient aussitôt un crime de pensée. Tout scientifique, ayant ne serait-ce qu’un son de cloche un peu différent à proposer, perplexe face au soi-disant enrichissement culturel de l’Europe, est immédiatement jeté comme un malpropre de l’académie.
Continue reading

Le Corbusier et Spinelli ont détruit notre vieille et si sublime Europe et ils continuent toujours de le faire

Pourquoi certains quartiers en Europe sont-ils si moches ? Pourquoi l’UE est une construction d’inspiration communiste ?

L’histoire de l’urbanisme européen d’après-guerre par sa fascination pour Le Corbusier nous montre à quel point les concepteurs de nos espaces de vie étaient fous. Les technocrates de Bruxelles ont attrapé le même virus : eux aussi ont été contaminés par des idées communistes ! Littéralement ! Sans commune mesure ! Autant les architectes que les penseurs de nos sociétés européennes ont rêvé du meilleur des mondes mais en réalité, ensemble, ils ont détruit notre vieille et si sublime Europe et ils continuent toujours de le faire.

Le père des cités HLM et des lotissements, l’architecte suisse Le Corbusier, n’avait pourtant pas de mauvaises intentions: ses bâtiments devaient être avant tout modernes, fonctionnels et radieux. Seulement, vous ne risquerez pas d’être charmés par tout ce doux romantisme en vous baladant dans les banlieues parisiennes (les fameuses “No-Go-Zones”) ou en vous arrêtant devant les immeubles de la plupart des villes d’Europe centrale et de l’Est. En effet, les urbanistes socialistes étaient fascinés par Le Corbusier et ont modelé des villes entières selon ses préceptes. Autour de magnifiques villes historiques polonaises, tchèques, bulgares et roumaines, des bâtiments laids et monotones conçus spécifiquement pour la classe ouvrière sont sortis de terre, concentrant ainsi bien des problèmes sociaux en gestation. Continue reading

Le pétrole à 100 dollars le baril est une nécessité pour l’indépendance énergétique des États-Unis

Le monde est dans une période de transition. Les populations d’Asie de l’Est et d’Europe ont atteint leur apogée numérique et vont désormais commencer à décroitre. Avec la chute du communisme, la Chine, l’Europe centrale et la Russie sont revenues à leurs positions naturelles et historiques sur la scène internationale. L’ambition de la Turquie est de suivre les traces de l’ancien Empire ottoman: elle entend étendre son influence au Moyen-Orient, dans les Balkans et en Afrique. L’Europe et les Etats-Unis sont dans un processus de désintégration leurs populations respectives.

La situation économique, sociale et politique en Europe est tendue, de plus en plus de personnes votent pour les partis antisystème. Les dirigeants européens sont profondément divisés sur l’euro, la politique fiscale, monétaire et d’immigration.

Gefira Financial Bullletin #26 est disponible dès maintenant

  • Le prix du pétrole doit augmenter
  • Les producteurs de pétrole bon marché doivent être retirés du marché par des méthodes non conventionnelles
  • Seul un prix du pétrole élevé peut faire gagner du temps aux dirigeants saoudiens.
  • Les actifs énergétiques russes

Continue reading

La Suède restera Suède, mais seulement de nom

Depuis quelque temps déjà, l’équipe Gefira suit l’évolution démographique qui se déroule en Europe, en particulier dans sa partie occidentale. Cette fois, Gefira a publié un rapport sur la Suède, un État bien développé et typiquement occidentale, membre de l’Union européenne. Le rapport comprend des chiffres indépendants réalisés à l’aide du logiciel démographique Cerberus 2.0. Le rapport se base sur les données fournies par les bureaux officiels de statistique.

Les découvertes de Gefira fondées sur les données officielles fournies par Statistics Sweden SCB révèlent comme suit:

  1. le taux de natalité des Suédois de race blanche est beaucoup plus faible (1,6) que le taux de fécondité global du pays (1,9) ;
  2. le régime parental suédois ne parvient pas à accroitre le taux des naissances ;
  3. le nombre d’enfants portant un nom islamique augmente rapidement. Depuis 2010, il a augmenté de plus de 30 %, ainsi, environ 8 à 10 % des nouveau-nés en Suède portent un nom islamique.
  4. la population suédoise d’origine blanche sera minoritaire dans un délai maximal de 40 ans. La même source indique que 22% des nouveau-nés ont une origine non occidentale.

Continue reading