Une analyse globale, d´un point de vue Européen, pour anticiper le monde de demain




Gefira 45 # La Chine – le rival des États-Unis

Gefira 45 attire l’attention du lecteur sur l’Empire du Milieu et le défi qu’il lance aux Etats-Unis. La guerre froide est terminée, une autre guerre froide est en cours. Le Pays de la liberté a vaincu l’Union soviétique par un tour de passe-passe : sans qu’un coup de feu ne soit tiré ou qu’un missile ne soit lancé. Les États-Unis peuvent-ils faire de même avec la Chine ? L’URSS était un État socialiste et la Chine aussi, du moins selon les déclarations de Pékin, car à toutes fins pratiques, ce gigantesque tigre asiatique favorise le capitalisme. L’horizon de nombreuses villes chinoises ressemble à celui de Manhattan, le yuan a été ajouté au panier de la DTS, tandis que l’influence économique, et de plus en plus politique et militaire de la Chine s’accroît. L’Empire du Milieu nourrit un certain ressentiment à l’égard de l’Occident, en raison de la longue période où la Chine a été exploitée, lésée, maintenue faible et soumise à la dictature des puissances européennes ainsi que du Japon et des États-Unis. L’Empire du Milieu pourrait vouloir se venger. Aujourd’hui, Pékin est un acteur dont l’influence se fait sentir dans le monde entier et sa politique est de plus en plus souvent en collision avec celle des États-Unis. Quand se produira la confrontation décisive ? Quelle forme prendra cette épreuve de force ? Qui en sortira victorieux ? Quels sont les points forts et les points faibles des rivaux ?

 

Gefira Financial Bulletin #45 is available now

  • Fabriqué en Chine
  • Le dragon sur le Pacifique
  • COVID – une mascarade pour…
  • Les États-Unis ont nourri leur rival

Gefira #44: Dans le sillage du pandémonium

Dans le Gefira n°44, nos analystes s’interrogent sur le monde au lendemain de la pandémie, ou plutôt sur sa gestion. Depuis l’aube de l’histoire, les grandes catastrophes ont été considérées comme des signes avant-coureurs de grands événements et changements historiques. Nous pouvons être enclins à y croire ou à le dénoncer, mais il n’en reste pas moins qu’avant l’effondrement de l’Union soviétique, il y a eu l’échec spectaculaire de la centrale nucléaire de Tchernobyl. La pandémie va faire des ravages dans les économies de nombreuses nations, de sorte qu’elle aura eu, au moins en ce sens, un effet de grande portée comparable à celui d’une guerre mondiale. Entre les deux extrêmes théoriques selon lesquels rien ne changera, ou que le monde sera nettement ou même remarquablement différent, le développement le plus probable se situe quelque part entre les deux. La question est de savoir vers lequel de ces deux extrêmes elle tendra le plus. Comme c’est le cas pour la guerre chaude, la pandémie fera plus de mal à certains endroits, moins à d’autres ; comme c’est le cas pour les grandes crises en général, il y a ceux qui peuvent gagner, et ceux qui peuvent perdre. Une sorte de remise à zéro des relations internationales, des modifications des finances mondiales, une réévaluation du rôle de la technologie, une redistribution des biens à grande échelle, la mort ou une nouvelle vie du mondialisme, l’émergence de nouveaux ou l’intensification de certains des anciens maux sociaux, sont autant de phénomènes majeurs qui pourraient se manifester. Nous présentons à nos lecteurs un aperçu des scénarios possibles dans les différents aspects de l’existence humaine, afin qu’ils puissent prendre une décision éclairée sur les mesures à adopter, et sur ce à quoi ils doivent s’attendre dans leurs entreprises, leur carrière professionnelle et leur vie privée.

 

Gefira Financial Bulletin #44is available now

  • Dans le sillage du pandémonium
  • Deuxième vague, troisième facteur, tigre de papier et préparatifs de guerre

Le pandémonium de peur causé par un virus

Le Gefira 43 accompagne le lecteur à travers le comportement erratique qui a saisi les gouvernements et les peuples de l’hémisphère nord dans le pandémonium de la peur, causé par un virus qui est méticuleusement et presque révérencieusement désigné par son nom plus un numéro attribué, comme si les destinataires des nouvelles étaient des virologistes, des médecins ou des biologistes experts.

L’événement présente déjà des avantages pour les gouvernements et les organisations : impression monétaire débridée, pacification de l’opposition politique sans recours aux forces de l’ordre, introduction de restrictions, dont – comme nous le savons par expérience – toutes ne seront pas levées, et une excuse merveilleuse, légitime et plausible pour toutes les mesures prises, et bien d’autres choses encore. Voyez, la responsabilité de tous les échecs des deux ou trois prochaines années sera commodément attribuée à la pandémie et tout le monde comprendra ! N’est-ce pas une aubaine !

Le Gefira 43 invite ses lecteurs à dissiper la peur et à faire un effort pour voir à travers les accessoires et faire attention aux parties de la scène qui ne sont pas rendues visibles par les projecteurs. Ce qui est disposé dans l’obscurité maintenant, c’est une question fondamentale. De Pékin à Washington en passant par Moscou, Varsovie, Berlin, Paris, nous voyons plus ou moins les mêmes mesures imposées par les autorités agissant comme si elles étaient à l’unisson. Finies les vieilles animosités ! L’événement entraîne-t-il un profond remaniement de la politique mondiale ? La mondialisation va-t-elle se renforcer sous prétexte de créer un mécanisme unificateur capable de lutter contre de telles calamités à l’avenir, ou assistons-nous à la fin du processus de rassemblement de tous les pays et nations dans un même hangar ? Cette dernière hypothèse peut être corroborée par le constat que tous les États nationaux d’Europe ont agi de leur propre chef et que l’Union européenne n’était présente nulle part.

Lire plus

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira #43 disponible dès maintenant

  • Le COVID 19 sonne la fin de l’Empire américain
  • Au moyen de la tromperie, tu feras la guerre
  • Tirer profit de la crise du Corona

Le bouleversement social et la faillite de masse arrivent : l’espèce et l’or règnent en maître

Le système financier mondial, avec ses deux puissants piliers – le FMI et la Banque mondiale – continue de jouer un rôle important. Il doit faire face non seulement aux procédures pécuniaires, mais aussi à d’autres événements mondiaux, car ceux-ci ont un impact direct sur les marchés, les bourses, l’industrie manufacturière et les services. Le déclenchement de la fameuse épidémie qui est sur toutes les lèvres est justement un de ces événements. Elle a eu un impact économique sur la Chine, l’usine du monde, et maintenant, elle – ou plutôt les précautions prises contre elle – fait des ravages en Europe et aux États-Unis. Les entreprises se voient ordonner de cesser leurs activités ou de les limiter, alors que les gens doivent gagner leur vie, ne serait-ce que pour payer les frais fixes tels que le loyer, le crédit, le leasing, la rémunération des employés, etc. Oui, les gouvernements offrent des solutions, notamment des exonérations fiscales ou de l’argent non acquis aux citoyens pour leur permettre de survivre. Cela ne ressemble-t-il pas à l’assouplissement quantitatif d’il y a quelques années ? Pourtant, la divergence entre la quantité d’argent disponible et la quantité de biens et de services ne va pas améliorer les problèmes économiques.

Continue reading

Le monde change, et malheur à l’homme politique qui reste enlisé dans l’ornière de la pensée géopolitique d’hier

Il arrive que presque chaque décennie puisse entraîner un changement global. Prenons l’exemple de la Chine : ce colosse faible, déchiré il y a une centaine d’années par les puissances coloniales, est finalement devenu le pays communiste le plus peuplé du monde. En tant que tel, il s’est naturellement aligné sur son frère aîné soviétique, et cette alliance idéologique s’est révélée être une énorme menace pour l’Occident. Ensuite, est venu l’ingénieux tour de passe-passe politique de Nixon, et la Chine est devenue la rivale de l’Union soviétique, pour le plus grand plaisir de Washington. Et puis, lorsque l’économie capitaliste adoptée par l’Empire du Milieu a semblé pousser Pékin dans les bras de l’Occident et l’ancrer fermement dans le système financier mondial, la Chine est progressivement apparue comme une superpuissance en pleine ascension, un challenger avec lequel il faut compter. Aujourd’hui, en se tournant davantage vers Moscou que vers Washington, Pékin mène une politique ambitieuse qui lui est propre.

On peut dire la même chose de la Turquie. Homme malade de l’Europe à la fin du XIXème et au début du XXème siècle, au bord de la désintégration au début des années vingt du siècle précédent, elle a lentement récupéré et reconstruit une partie de sa grandeur passée. Ancrée dans le système de défense militaire occidental, elle était un point d’ancrage fiable du monde libre au Moyen-Orient et une tête de pont pour d’éventuelles opérations contre l’ennemi juré de l’Occident : l’Union soviétique. Mais cela ne dura pas longtemps. Avec la chute du “premier pays d’ouvriers et d’agriculteurs” et le tremblement de terre politique qui a eu lieu au cours de la décennie suivante, la Turquie semble se séparer de ses politiques pro-occidentales et laïques et faire revivre parmi sa population les grandes ambitions de l’Empire ottoman, longtemps défunt. L’allégeance d’Ankara à l’OTAN n’est pas non plus une évidence. Avec l’achat du système de défense aérienne russe S-400 effectué au mépris des souhaits de Washington, la Turquie exerce sa souveraineté comme pratiquement aucun autre allié américain.

Sommes-nous confrontés à un réalignement des alliances en cours au Moyen-Orient et en Extrême-Orient ? Le numéro de février du Gefira tente de faire la lumière sur ce sujet. Lire plus

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira #40 disponible dès maintenant

  • Le Coronavirus au service du gouvernement de Xi Jinping ?
  • La Turquie : Le changeur de jeu
  • La Turquie investit dans son armée et dans les Balkans

L’argent est la clé de voûte de l’économie de tout pays

L’argent est la clé de voûte de l’économie de tout pays. Des professeurs d’économie renommés soutiennent la thèse que tous ceux qui disent comprendre l’argent sont des menteurs. Il y a quelque chose dans tout ça. L’histoire est truffée de théories économiques et financières et, bien qu’elles reposent sur des chiffres et des formules mathématiques, les partis politiques qui sont en désaccord les uns avec les autres emploient des experts qui ne s’entendent parfois pas sur les questions les plus fondamentales, et qui proposent des solutions très divergentes. Ceux qui ont vécu en Europe de l’Est et qui sont assez âgés pour s’en souvenir se rappelleront que dans les universités des pays socialistes, on enseignait deux types d’économie incompatibles : capitaliste et socialiste. On se demande si l’économie – malgré ses chiffres et ses formules – n’est pas plutôt une persuasion idéologique qu’une science.

Le Bulletin Gefira #40 se penche sur le problème du système financier mondial et de ses effets sur les pays et les nations. Nos analystes présentent le mécanisme financier à nu et son origine. Dans un monde où les intérêts économiques et politiques des nombreux acteurs se heurtent souvent, dans un monde où les institutions politico-financières, les accords, les pactes, les conventions et les banques abondent, il n’est pas facile de voir clair dans ces problèmes pécuniaires de fouillis, délibérément (?) conçus et d’aller au fond des choses. Nous ne prétendons pas avoir trouvé le Graal, mais nous espérons avoir rendu le problème plus perceptible pour nos lecteurs. Lire plus

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira #40 disponible dès maintenant

  • La récession sans fin de l’Europe vient de commencer
  • Le système financier mondial
  • Le gouvernement de Merkel ou la quadrature du cercle

Ring out the old, ring in the new

« Ring out the old, ring in the new », écrivait un poète. L’année 2019 comme un chef d’Etat sortant dont le mandat arrive à son terme et à sa place, 2020 est à venir. La nouvelle année reprendra là où l’ancienne s’arrêtera. Parmi les nombreuses préoccupations auxquelles nous avons dû faire face au cours des douze derniers mois, et auxquelles nous devrons faire face au cours des douze prochains mois, il y a la question de la sécurité nationale ou individuelle. Que cela nous plaise ou non, le monde est animé par des conflits : des groupes particuliers, sociaux, raciaux, économiques, confessionnels, idéologiques et nationaux ont nécessairement des intérêts divergents et contradictoires, et se positionnent volontairement ou mal intentionnellement sur une trajectoire de collision avec leurs concurrents à différents niveaux d’activité humaine.

Le numéro de décembre du Gefira met l’accent sur la sécurité de l’État ou de la nation, car si elle peut être garantie, si les gouvernements ont une forte emprise sur les sociétés et les entités politiques, religieuses, idéologiques et économiques opérant au sein et en dehors des nombreux États, si les gouvernements peuvent régler de manière diplomatique les différends entre pays, alors les chances sont relativement grandes que les énormes bouleversements causés par les petits acteurs soient arrêtés dans leur élan.

La sécurité est l’envers d’une même médaille où le conflit est son revers. Comme on ne peut pas se débarrasser de la face défavorable, la seule chose que l’on puisse faire, c’est de trouver un équilibre entre les deux. Nos auteurs se sont penchés sur les menaces à la sécurité, aux multiples facettes, auxquelles les gouvernements devront se préparer en 2020. Lire plus

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira #39 disponible dès maintenant

  • La sécurité nationale contre les nations
  • L’OTAN face à la fin ?
  • Après 1500 ans, les Européens ne comprennent toujours pas la réalité

Greta Thunberg, une adolescente qui réprimande les premiers ministres et les présidents

Greta Thunberg, une adolescente qui réprimande les premiers ministres et les présidents pour le manque de conservation adéquate de l’environnement, Pacha Mama, une déesse inca au Vatican et le Pape qui fait du péché écologique le crime le plus grave, ou la constitution équatorienne et la législation bolivienne confère des droits juridiques à la Terre Mère : le monde observe le déroulement de ces événements en retenant son souffle. Que se passe-t-il ? L’humanité entre-t-elle dans une ère nouvelle ? L’écologisme doit-il être considéré comme une religion nouvelle et universelle ou comme un simple écran de fumée qui masque d’autres objectifs ?

La planète Terre, en tant qu’habitat humain, peut servir en tant que seul dénominateur commun imaginable pour l’ensemble de l’humanité, ouvrant la voie à un gouvernement mondial, ou au redouté nouvel ordre mondial. Les accords et protocoles limitant et éliminant progressivement l’utilisation des combustibles fossiles signés à Montréal, Kyoto, Paris et ailleurs, agissent conjointement comme un harnais imposé à la planète entière. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que l’environnement, plutôt que les questions nationales, sociales ou religieuses, semble occuper le devant de la scène politique et économique mondiale. Sommes-nous confrontés à une révolution copernicienne en devenir ? Le numéro de novembre de Gefira se penche de plus près sur ce phénomène naissant. Lire plus

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira #38 disponible dès maintenant

  • L’incapacité de l’Europe à gouverner entraîne des conséquences désastreusess
  • Le nouvel ordre du CO2 des élites Crypto : Visions sombres du futur
  • Pacha Mama ou idéologie verte
gif loading

We are quoted by:

 
Menu
More