Une analyse globale, d´un point de vue Européen, pour anticiper le monde de demain




La révolution de la classe moyenne

La catastrophe financière de 2008 a marqué le début d’une profonde crise d’identité en Occident. Après la faillite de l’américain Lehman Brothers, les gouvernements du monde entier ont commencé à soutenir leurs institutions financières avec des sommes illimitées d’argent des contribuables. Les petites et moyennes entreprises feraient faillite et les habitants des États-Unis continueraient d’être expulsés de leurs maisons tandis que l’élite financière obtiendrait un soutien public considérable. En d’autres termes : socialisme pour Wall Street, capitalisme pour Main Street. Il est devenu douloureusement clair que le libre marché et le capitalisme ne fonctionnaient pas pour les banques et les institutions financières.

Vient ensuite la crise de l’euro, avec la dette de la Grèce en son centre. Certaines économies européennes souffrent du déséquilibre entre les revenus et une dette publique croissante. En 2015, il était évident que les dirigeants européens n’avaient aucune solution pour la Grèce et en auront encore moins pour les problèmes similaires qui se poseront inévitablement et prochainement en Espagne, en France et en Italie.

Au sommaire du Bulletin Financier Gefira n°30 disponible dès maintenant

  • Les présages ne sont pas bons
  • Possédé par une idéologie : La réémergence du marxisme
  • Le Parti Vert, les communistes et les entreprises au pouvoir

Au cours de la période 2008-2015, il y a eu une opposition généralisée des citoyens face à l’établissement financier, les gouvernements européens et le système monétaire. Ce ressentiment était alimenté par la perception que l’ensemble du système était injuste à l’égard du citoyen moyen. En 2015, l’homme politique d’extrême gauche Alexis Tsipras, a pris le pouvoir en Grèce, et des socialistes comme Yanis Varoufakis, Jeremy Corbyn et Bernie Sanders sont devenus les protecteurs des classes moyennes et populaires. Le climat politique semble parfait pour les socialistes et pourtant les partis socialistes sont en déclin.

Ce n’est pas seulement l’inégalité qui compte. La plupart des pays occidentaux mettent en oeuvre la redistribution des richesses des classes moyennes aux classes inférieures. Aux Pays-Bas par exemple, une famille avec un adulte qui travaille pour un revenu annuel de 20.000 euros, reçoit 7.000 euros de subventions, empochant ainsi 27.000 euros, alors qu’une personne dont le revenu annuel est de 31.000 euros doit payer 3.000 euros d’impôts, et comme elle ne reçoit aucune subvention, elle se retrouve avec 28.000 euros. A toutes fins pratiques, une différence de revenu de 10.000 compte comme nulle.

En 2015, l’Europe a été confrontée à une invasion d’immigrants aux proportions bibliques. La Suède avait remplacé sa propre population décroissante par des habitants du tiers monde depuis longtemps, mais c’est cette année-là, que les gens du peuple se sont soudain rendu compte que ce processus démographique, aussi lent soit-il, est devenu impossible à arrêter.

Depuis la crise dite des réfugiés de 2015, les citoyens de nombreux pays européens ont commencé à comprendre que la migration en provenance du Tiers Monde n’a pas un effet marginal mais qu’elle transformera une grande partie du continent. Les campagnes de France, d’Espagne et d’Italie se dépeuplent tandis que les grandes villes sont rapidement colonisées par des non-Européens. Les partis de gauche n’osent pas parler des migrations et de leurs conséquences. Ils accusent les partis anti-immigration Lega Nord (Italie), AfD (Allemagne) et FN (France) d’alarmisme et de populisme. Alors que les socialistes de toute l’Europe assurent à leurs électeurs que rien de spécial ne se passe, la réalité est que plus de 50% des jeunes dans des villes comme Amsterdam et Paris sont maintenant d’origine non européenne. Il n’est donc pas surprenant que ce soient les partis patriotiques de droite anti-migrants qui obtiennent des voix aux élections. La dernière surprise s’est produite en Andalousie, en Espagne, où les socialistes ont perdu leur base de pouvoir traditionnelle. Selon El Pais :

“Le parti politique d’extrême droite Vox s’est engagé mercredi à aider une coalition de droite à s’assurer le pouvoir en Andalousie, marquant la fin de 36 ans d’administration du Parti socialiste (PSOE) dans la région du sud.”

La population ouvrière européenne, autrefois l’épine dorsale des syndicats et des partis socialistes, mécontente et trahie à la fois par les banques et par les socialistes, se soulève dans une rébellion dont le mouvement des gilets jaunes est le signe avant-coureur.

Les élites économiques et financières ainsi que les universitaires et les politiciens de gauche soutiennent tous l’immigration en provenance d’Afrique et d’Asie pour reconstituer les populations autochtones en déclin. Depuis 2015, les mouvements de gauche et les sociétés commerciales et financières ont formé une alliance forte pour un monde « plus inclusif ». Les compagnies pétrolières arborent le drapeau arc-en-ciel, les Noirs africains sont présentés dans des publicités télévisées comme des consommateurs néerlandais, allemands ou suédois, tandis que les compagnies énergétiques montrent que l’avenir de l’Europe est partiellement islamique. La réduction des émissions de CO2 et les politiques vertes sauveraient non seulement le monde, mais constitueraient également des opportunités commerciales.

Plus dans Gefira 30

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’information que l’équipe de Gefira publie dix fois par an. Nous faisons des prévisions objectives, sans concession sur l’avenir énergétique et géopolitique du monde. Que ce soit pour l’élection de Trump, l’augmentation du prix du pétrole ou du Bitcoin, Gefira avait déjà tout prévu !Selon l’équipe de Gefira, la prochaine crise systémique aura lieu vers 2020. Le prix du pétrole atteindra les 100 dollars le baril et l’Allemagne sera confrontée au début de la vague massive de départ à la retraite de ses baby-boomers. De plus, il existe un risque élevé de guerre sur le Vieux Continent. Cependant, ce n’est pas la Russie mais la Turquie qui représente la menace la plus imminente.

Ce ne sont ni les marchés émergents, ni les dettes publiques ou privées qui devraient intéresser les investisseurs mais plutôt le déclin démographique qui frappe les pays développés. Le Japon est le premier pays qui subit les conséquences du déclin de sa population et c’est pour cette raison que Tokyo poursuit ses politiques monétaire et fiscale d’exception. Le déclin des populations Européennes et Américaines aura des conséquences économiques désastreuses, et après 2025, ce sera au tour de la Chine de rejoindre le club des nations mourantes.

La Chine et la Russie mises à part, la croissance économique des pays en voie de développement, qu’ils soient situés en Afrique, au Moyen Orient ou en Asie du Sud, dépend directement de celle des pays développés confrontés, quant à eux, au déclin dramatique de leurs populations.

Dans le bulletin Gefira, nous vous proposons des suggestions d’investissement ainsi qu’une vision cohérente de l’avenir, le tout appréhendé sous un angle macroéconomique.

Abonnez-vous au Bulletin Financier Gefira et recevez nos dix prochains numéros ainsi qu’un accès libre à toutes nos archives pour seulement 225 euros

ou

Achetez un seul exemplaire.

En privilégiant une approche d’investisseur, de conseiller financier, nous abordons en priorité des sujets tels que:

  • les risques géopolitiques
  • les dynamiques démographiques
  • les dettes publiques et privées
  • les bulles d’actifs
  • les cryptomonnaies
  • la sécurité énergétique

Le Bulletin Financier Gefira est une lettre d’informations confidentielles examinant différents événements économiques actuels, dédiée aux investisseurs et plus généralement au monde des affaires. Le Bulletin est complété par notre site web, site sur lequel vous trouverez plein d’articles traitant de thématiques sociales. L’équipe de recherche de Gefira est la seule à être pleinement consciente de l’importance des bouleversements démographiques actuels, sans précédent dans toute l’histoire.

L’équipe de recherche de Gefira élabore son analyse prospective en s’appuyant sur:

  • une connaissance approfondie du monde financier et bancaire;
  • une compréhension globale de l’histoire et de l’échiquier géopolitique;
  • une analyse détaillée, séquentielle de millions de données;
  • des simulations assistées par ordinateur.

Bien cordialement,
T.Dankers, rédacteur en chef
editor@gefira.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

deux × un =


GEFIRA provides in-depth and comprehensive analysis of and valuable insight into current events that investors, financial planners and politicians need to know to anticipate the world of tomorrow; it is intended for professional and non-professional readers.

Yearly subscription: 10 issues for 225€
Renewal: 160€

The Gefira bulletin is available in ENGLISH, GERMAN and SPANISH.

 
Menu
More